Trois bonnes raisons d’utiliser le vélo d’appartement

Ma prise de conscience a été rapide et j’ai compris que si je voulais vraiment y arriver, je devais à tout prix passer rapidement à l’action. J’étais gros, plutôt énorme. Je me regardais dans la glace et tout ce que je voyais c’était un gros bide, de grosses fesses et des jambes d’éléphants. J’avais envie d’être plus que ça.

J’étais gros et timide et l’option de la salle de gym ne semblait pas m’enchanter plus que ça. J’ai donc convaincu mes parents de m’acheter un vélo d’appartement. Pour leur faire débourser 1000€, j’avais dû sortir des arguments solides. Il voulait que je commence avec un régime, mais j’ai dû leur faire comprendre les risques pour ma santé si je ne perdais pas rapidement au moins 50kg. Ils ont fini par céder.

Le vélo d’appartement : mes débuts

Quand le vélo m’a été livré, je l’ai tout de suite installé dans ma chambre. J’ai passé 10 bonnes minutes à la contempler puis je me suis décidée à y grimper. Plus jeune, je faisais tout le temps du vélo, donc je me suis dit que ça devrait être aussi facile que le vélo dans les souvenirs. Bien entendu les débuts étaient faciles, donc j’ai arboré un sourire peu rassuré en espérant que ça le soit jusqu’au bout.

La première impression est toujours la bonne, a dit l’autre. Il n’avait pas dû se mettre au vélo d’appartement avec 145kg. Au bout de 10 minutes, je ne sentais presque plus mes jambes. Il m’a fallu de l’effort pour descendre et m’écrouler au lit. Cette première expérience était  un avant-gout. Au fil des jours et à force de détermination, je suis passé à 30 minutes de vélo tous les soirs.

Les changements physiques

Au bout d’un mois à pédaler 30 minutes chaque soir, j’avais réussi à perdre 11kg. C’était surtout mes mollets qui avaient perdu le plus de graisse. En effet, j’avais pris le soin de les prendre en photos et même de les mesurer. J’ai donc repris une nouvelle photo et fait un collage des deux. Le résultat était époustouflant et je n’étais pas au bout de mes surprises.

Le deuxième point positif concernait mon tour de taille. J’y  avais aussi perdu quelques centimètres. Mon ventre avait, semblait-il, moins de masse. Quand j’ai voulu mettre mon éternel jeans taille 52 pour les cours, il m’a fallu serrer la ceinture jusqu’à l’avant-dernier trou. C’était une sensation formidable. Je me suis regardé dans ce jeans avec lequel je bataillais pour fermer ma braguette et j’ai ressenti une fierté énorme. Surtout que ça m’a permis de me rendre compte que j’avais aussi des fesses plus fermes.

C’était le 3e point fort de cette expérience. J’ai hésité à les palper, mais finalement quand je l’ai fait,  c’était pour finalement lâcher un sourire narquois. En gros, mes efforts payaient plutôt bien sur ces trois parties de mon corps et en plus il me fallait de nouveaux pantalons. Avec ça, j’étais plus que déterminé à perdre davantage pour remettre de l’ordre dans ma vie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *