Un tapis de course pour perdre du poids

Envie de perdre des kilos, un tapis de course fera l’affaire

Avec le vélo d’appartement et le vélo elliptique, j’en étais à au moins 20 kilos de perdus. J’étais bien loin de mon objectif de 50 kilos, mais j’avais assez de confiance en moi désormais pour passer à l’étape suivante. Avec l’expérience des deux vélos, j’ai voulu essayer le tapis de course et il faut dire que c’était bien loin de ce que je m’imaginais.

Tapis de course : des débuts difficiles

L’appel du cœur était, pour ainsi dire, très fort. Je voyais d’autres personnes courir avec aisance et sourire et je me dis que le tapis de course ne devait pas être si terrible que ça. Si j’avais pu venir à bout de deux vélos, ce n’était pas lui qui m’effrayerait.

Le premier contact avec la machine, c’était quelque chose. Le tableau de bord était assez riche de boutons. Au bout de deux minutes à ne pas savoir où appuyer sans péter la machine, j’ai dû faire appel à l’un des membres du personnel. Quelle vitesse voulez-vous ? M’a-t-il demandé. Je n’en savais rien. Tout ce que je voulais, c’était courir 1km en 15 minutes. Après avoir bidouillé sur la machine, le tapis se mit à rouler et c’est là que les choses sérieuses commencèrent.

Tapis de course : le détecteur de graisse

Les débuts me semblaient fastoches. Je venais de faire 2 minutes à 30 km/h et ce que j’en retenais, c’était que le tapis de course n’était pas si terrible que ça. C’est en entrant dans la 5e minute que la machine se mit à dicter sa loi.

D’abord, la partie inférieure de mon corps fut la première à payer le prix de mon arrogance. Mes cuisses et mes mollets se mirent à s’alourdir. Mais c’était mes genoux qui me faisaient le plus grincer.

Ensuite, mon bidon, lui aussi, était en train de comprendre qui était le roi de la piste entre le tapis et moi. Le vélo elliptique m’avait bien fait travailler, mais le tapis, lui, a le don de détecter les graisses rebelles. Tout le poids du haut de mon corps était en train de peser sur mes jambes et il faut dire que ce n’était pas moi qui dictais le ton. Au final, l’employé avait bien fait de me mettre à 30km/h autrement, il y a longtemps que je serais tombé dans les pommes.

Enfin, mon cœur fut le dernier à crier vengeance. Je pouvais le sentir battre comme un tambour  chinois. À mesure que les minutes s’égrenaient, je le sentais de plus en plus. Toutes les veines de mon étaient devenues saillantes, preuve de l’intense activité de mon système sanguin. Étant passionné de science, je savais ce que ça voulait dire : meilleur apport d’oxygène aux organes et aux cellules, renouvellement des cellules sanguines. En gros, j’avais tout bon.

Verdict

Bien que la première expérience fut traumatisante, je me suis habitué avec le temps et j’ai finalement pu atteindre mon objectif de 1km en 15min. Mon ventre et ma poitrine sont bien plus fermes. Les graisses de mon genou semblent avoir signé forfait. Le plus important, je suis plus endurant et je m’essouffle moins vite.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *